Une Oasis

M. Brosse de l’association Cari qui intervient dans les zones sèches a passé une petite heure avec notre classe de terminale pour présenter les grandes lignes d’une Oasis et le problématiques de fonctionnement.

 

Il a rappelé qu’une Oasis n’est pas un milieu naturel mais un agrosystème, que c’est un très vieux système datant de plus de 2000 ans, qu’il se développe autour d’une ressource d’eau et comporte trois niveaux : le niveau supérieur avec les palmiers, cultures de rene, qui n’ont pas besoin d’ombre mais qui sont là pour en fournir et qui s’enracinent en profondeur à la recherche de l’eau. L’étage suivant est composé d’agrumes fruits au milieu desquels peut se trouver de la vigne. Enfin la couche basse comporte des céréales, du maraichage… Ces deux dernières parties sont  cultivées avant tout pour les besoins des familles.  L’oasis est un système très intensif, irrigué ; l’ensemble eau, sol, continuité des couverts végétaux et gestion par l’homme est en équilibre et crée un micro climat frais. l’oasis « respire » : lorsque l’année est plus humide l’oasis de base s’entoure de culture supplémentaires qui régressent en année trop sèches.

Il ne faut pas oublier l’élevage qui pâture les environs et, la nuit, par les déjections, ramène la fertilité dans l’oasis. Enfin l’oasis est liée à une village et des habitations construites à proximité mais pas dedans.

Les principaux problèmes de l’Oasis sont liés à l’abandon des parcelles (exode rural), à la disparition du palmier (export vers la ville des arbres pour la déco et bayoux maladie cryptogamique). La dégradation des systèmes d’irrigation en particulier des traditionnels khettaras perturbe également le fonctionnement des Oasis. Tous cela rompt l’équilibre et influe le micro-climat. Enfin le système a de la peine à s’adapter au réchauffement climatique qui va entrainer une diminution catastrophique des rendements de céréales donc la dépendance du pays vis à vis des importations et va favoriser le développement du désert ou, l’absence de population, développe les trafics de tous genres. Il est nécessaire d’accompagner l’évolution des systèmes  avec de nouvelles techniques d’irrigation du type goutte à goutte et californien, une sensibilisation des populations à la gestion des oasis et  en favorisant la transformation des produits agro-alimentaires, la commercialisation directe et le développement des coopératives.Depuis quelques années le Roi a lancer un plan agricole prenant en compte les Oasis.

Une présentation passionnante qui prépare à une meilleure observation sur le terrain.

Préparation au stage collectif des STAV

La journée de Vendredi 21 a été consacrée à la préparation au stage collectif des élèves de Tale STAV au Maroc du 01 au 08 novembre prochain.  Ce sont Marie Lopez de l’enseignement Catholique et Marie-Christine DALE  du Cneap qui ont animé la journée et accompagné la réflexion des 10 élèves et des 2 enseignants (Axel, Axel, Bernadette, Emilie, Giovanni, Guillaume, Lisa, Margot,  Paul, Quentin, Victoire, Yves).

Après un brise glace interculturel à travers les bonjours du monde et l’expression des ressentis, le groupe s’est penché sur la question des stéréotypes que nous avons et que l’autre a sur nous à travers un jeu de dessiner c’est gagné où il a fallut représenter un mexicain, un étranger, un français, un bébé etc.. Intéressant de se rendre compte que Lire la suite